durian fond

Durian, le fruit défendu

Avril 2015 – Singapour

Prendre un assortiment de fruits, d’ail et d’oignon. Les enfermer dans un sac plastique et les laisser pourrir 6 semaines. Ouvrir le sac. Vous obtiendrez, à peu de choses près, l’odeur du Durian.

Le durian nous nargue depuis notre arrivée en Asie du sud-est. Car sous son aura fétide, se cache le « roi des fruits », apprécié des plus grands connaisseurs. Il est très cher en raison de sa culture difficile : il faut trente ans à l’arbre pour produire son premier durian.

Son odeur caractéristique fort incommodante est repérable à des dizaines de mètres à la ronde. La cause ? Sa haute teneur en composés soufrés. Le durian est d’ailleurs formellement interdit dans de nombreux lieux publics, hôtels et transports en commun en Asie du sud-est.

Aussi répugnant que fascinant, il a le mérite ne laisser personne indifférent. De passage dans son royaume, une dégustation s’impose.

Sous son armure offensive dont on ne vient à bout qu’à la machette, se cachent de minces lobes jaune clair entourant ses gros noyaux. Ces lobes sont protégés d’une peau tendre qui lui donne à première vue l’allure d’une matière unique plutôt ferme, voire juteuse. Mais lorsqu’on le saisit, le morceau cède sous la pression des doigts et la surprenante « crème » du durian vous apparait.

C’est ça, la « chair » du fruit. C’est très mou, pâteux, gras. Un peu comme si l’on avait mixé ensemble une banane ou un avocat trop mûrs. Le goût, comme l’odeur est tenace. Mais multiple et profond, bien plus fin. La texture est très délicate et régulière, infiniment crémeuse. Evidemment, c’est très calorique. Et indigeste.

Pour mieux comprendre le Durian, on peut interroger son âme soeur : le mangoustan. Les asiatiques surnomment le mangoustan « Reine des fruits » car il complète le Durian à merveille en rétablissant les équilibres tant sur le plan médicinal que gustatif.

En effet, d’un point de vue thérapeutique, le mangoustan soulage les troubles gastriques et limite les effets hypertenseurs imputables au durian. En terme de goût, le mangoustan est vraiment celui qui vous sauvera de la lourdeur du durian. C’est un un petit fruit acidulé, juteux, rafraichissant, au goût léger. A la texture ferme et translucide. Un peu comme un litchi, mais en plus tonique.

Tout en rondeurs, la reine pèse une centaine de grammes alors que le Roi, massif et piquant, peut atteindre les 5 kg. Pour plusieurs jours, la Reine laissera sur les doigts ses tanins violets profonds. Quant au Roi, il imprègnera tout votre être de son parfum qui soulève le coeur et retourne la tête.

400 jours - Durian, Ben et Jennifer - Malaisie (28 sur 31)

400 jours - Durian, Ben et Jennifer - Malaisie (26 sur 31)

Share Button

2 réflexions au sujet de « Durian, le fruit défendu »

  1. Courage Caroline pour tous ces moments difficiles …… je vous admire .
    Merci pour la leçon de chose sur le durian et bravo pour toutes les autres recettes.
    Ton orchidée en fleur et le papyrus attendent ta nouvelle maison au retour !
    Bises à vous 2, soignez vous bien pour pouvoir profiter sereinement de la fin de cette belle aventure .
    jacqueline CC

  2. le Durian, jamais entendu parlé (même pas cité pendant mes études agronomique!!!) votre voyage vous apporte tellement et merci de nous en faire profiter.poutoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *